Le papillon

 

 

Le mouvement des bras

Savez-vous dessiner un trou de serrure ? si oui, cela va nous aider mentalement à visualiser le mouvement des bras. si non, trouvez la première porte à serrure 'à l'ancienne', et penchez-vous.


Les mains débutent le mouvement bras tendus, en face de l'alignement des épaules. Dès cet instant, les mains sont orientées, grace aux poignés, vers l'extérieur du mouvement: c'est la phase de prise d'appui.

La prise d'appui consiste en un petit mouvement ouvrant et circulaire: il donne l'équilibre necessaire, soutiens la flottaison du haut du corps, et prépare la phase suivante.

Voyons de profil, sous l'eau, comment se passe la phase 1 du mouvement: on voit bien la première partie du mouvement, les mains qui reviennent au centre, puis qui attaquent la poussé.

 

La position des mains

L’orientation des mains par rapport à l’axe des avant-bras a son importance : la première séquence de traction s’effectue les mains ouvertes, c’est à dire orientées vers l’extérieur pour aider la prise d'appui.

Durant la seconde séquence, les mains s’orientent davantage dans le prolongement des avant-bras.



Que font les jambes ?

Elles sont jointes l'une contre l'autre, et elles ondulent.

Contrairement au crawl, le mouvement d'ondulation ne débute pas uniquement au niveau des hanches, mais il est initié dès les épaules, transmis au bassin, et amplifié par les jambes.

Le mécanisme de propulsion des jambes en pap est le meme que celui du crawl: une seule jambe travaille à la fois, celle qui descend: l'autre remonte pas effet d'inertie. En pap, comme les jambes sont jointes, elles ne travaillent (toutes les deux ensembles) que lors de la phase de descente (on dit que le mouvement de claquage amplifié de haut en bas est propulsif).

L'amplitude de ce mouvement n'est pas énorme: pas la peine de se forcer à monter et descendre les pieds de force; on rappelle que c'est l'amplification du mouvement d'ondulation du corps.

Le papillon est une nage d'ondulations, on l'a dit; c'est une nage athlétique et dont le cycle respiratoire n'est pas des plus simples. C'est surtout une nage qu'il faut arriver à nager "au feeling", "en glisse"; nager le pap uniquement en force ne marche qu'un temps, et en tout cas pas sur une bien longue distance.




Synchronisation bras / jambes

Le pap comporte théoriquement 2 cycles de jambes (ondulations) par mouvement de bras; c'est à dire:

> Une ondulation jambes au début du mouvement, bras allongés devant. Cette ondulation est principalement propulsive.

> Une ondulation à la fin de la phase de poussée des bras. Cette ondulation aide l'élévation de la tête et des épaules pour l'inspiration.



Comment respirer ?

Je sais, la respiration en papillon, c'est pas des vacances, mais c'est surtout une question de synchronisation, de rythme et de souplesse...


La phase de poussée des bras doit etre puissante; elle permet non seulement d'avancer, mais également de soulever suffisament la tête et les épaules pour permettre l'inspiration. Si la puissance n'y est pas ou pas suffisante, le reste ne peut pas fonctionner.

La phase d'inspiration est courte; celle-ci doit donc etre puissante (on inspire beaucoup d'air en peu de temps). Elle se termine lorsque les bras ont terminé la phase du retour aérien, et rentrent dans l'eau pour le cycle suivant.

Bien entendu, durant cette courte phase, on ne fait qu'inspirer: la totalité de l'air a été expirée durant le reste du mouvement, lorsque la tête était dans l'eau.

La tete, qui s'était redressée pour l'inspiration, se réoriente alors vers l'avant (se rabaisse).

La respiration en pap peut s'effectuer tous les temps (à chaque passage de bras), ou bien tous les 2 temps. On rencontre également souvent des cycles "2 sur 3", c'est à dire que l'on respire pendant 2 cycles, puis on ne respire pas durant le 3ème cycle, etc...

On s'arrête quand ?

Même réflexion qu'en brasse: les cycles ne s'enchainent pas sans observer un temps d'arret, même rapide, entre chaque mouvement complet de bras.

Ce temps d'attente, bras devant, permet à la première ondulation d'avoir lieu et d'etre efficace dans sa propulsion, tout en décontractant les bras. On en profite également pour expirer. Relaxez-vous !